TÖFIE

saintepop

Töfie rejoint October Tone avec l'EP Montpellier, où guidée par les circonstances de ses rencontres avec des artistes issus de la scène alternative franco-belge elle dresse une carte de la création souterraine en rebaptisant leurs titres d’après la ville qui les a vu naître.

Après l'electronica tantôt douce ou tranchante d'un premier opus, "Powers of Ten" (2015), qui déjà surprenait par sa production étoffée dans le giron du très lo-fi et inventif label montpelliérain Linge Records, Töfie durcissait le son depuis les entrailles de la Terre avec un "From Earth" (2018) aux beats massifs et aux productions granuleuses, plus sombre et tellurique, entre synthwave, trip-hop sismique et réminiscences industrielles.

Le point commun entre ces deux albums à l'univers très personnel, à la fois stratosphérique et caverneux, futuriste et tribal, pop et aventureux ? La voix, élément central dont les circonvolutions décomplexées explorent les sonorités de plusieurs langues, du français à l'anglais en passant par l'allemand et même l'islandais, symbole d'une fascination auquel rend hommage en 2019 l'EP Seasick enregistré avec Dubix, ami beatmaker rencontré en ces terres de feu et de glace.

Aussi chamanique qu'éthéré, le chant de la musicienne, son instrument originel qui la poussera en 2012 sur la voie de l’instrumentation et de la production pour en développer l'écosystème mi analogique mi digital, n'est pas pour peu de chose dans la dimension organique et à fleur de peau que revêtent ces ambivalentes fééries du caveau, déjà comparées à Fever Ray, Gary Numan ou Anne Clark. Mais c'est avant tout par la maturité de ses compositions métamorphes annonçant bien des pérégrinations soniques que Töfie magnétise l'auditeur sur disque comme sur scène.

Site internet

Stuff